Dictionnaire en relation avec les textes


     -Anthropos :
    Du mot grec pour désigner l'Humain. Image Originelle de l'Homme. L'Adam biblique, etc.

   

     -Association :
    En référence à l'association libre, que l'on doit à Jung et qui se concentre sur le thème dont il est question, tourne autour de lui (de la même façon que pour l'interprétation d'un rêve) et que l'on peut aussi rapprocher de l'imagination active, par analogie avec le fait que celle-ci préserve aussi bien un relatif contrôle de la conscience. Cette façon de concevoir l'association diffère de celle de Freud, qui, plus tard, la reprit à son compte et la popularisa tout en la dénaturant puisque pour ce dernier, l'association libre s'éloignait indéfiniment de sa référence, avec les conséquences que cela implique...

 

    -Complexe :

    Pour citer Jung : « C’est l’image émotionnelle et vivace d’une situation psychique arrêtée, image incompatible, en outre, avec l’attitude et l’atmosphère consciente habituelle. »

    En psychologie, on peut comprendre le mot "complexe" approximativement de la même façon qu'on le ferait dans l'industrie ou le bâtiment. Il s'agit toujours d'une somme d'éléments organisés d'une certaine manière entres eux.
    Le complexe se compose d'un élément central et d'un certain nombre d'associations secondaires constellées autour de lui.
L'élément central est composé de deux choses :
   Une condition, donnée par l'expérience, évènement vécu par conséquent causalement relié à ce qui l'entoure ; et deuxièmement une condition dispositionnelle, immanente au caractère individuel. 
    L'élément central est affectivement chargé, ce qui revient à dire qu'il possède une certaine quantité d'énergie. Cette énergie a force constellante. Le complexe est donc dynamiquement conditionné par la valeur énergétique (point de vue final). Le choix des contenus constellés, lui, est déterminé causalement par la qualité de l'élément central.
    Le Moi est un complexe parmi les autres, à ceci près qu'il est (en principe!) le complexe central du champ de conscience, le plus élaboré, le plus conscient, le plus "complexe"...

   

    -Contamination :
    Parmi les nombreuses caractéristiques des archétypes, la contamination indique le fait que ces derniers sont dans un état de superposition, de non différentiation, de contamination effectivement, les uns par rapports aux autres. Lorsqu'ils sont "au repos", il n'est possible de les distinguer que d'une façon artificielle, chacun débordant, impliquant, contenant potentiellement tous les autres...

   

    -Dialectique :
    La dialectique est une méthode de raisonnement qui consiste à analyser la réalité en mettant en évidence les contradictions de celle-ci et à chercher à les dépasser. La dialectique se comprend également dans le cadre du discours, comme un raisonnement rigoureux destiné à convaincre l'interlocuteur. C'est bien de la sorte qu'il faut comprendre la "Dialectique entre le Moi et l'Inconscient", qui souligne le fait d'une communication dialectique, mais aussi didactique, source de progrès, entre ces deux opposés contradictoires - dans leur essence et bien souvent dans leurs revendications, que sont le Moi et l'Inconscient.

   

    -Épiphanie :
    Au sens originel d'apparition, en psychologie nous utilisons ce terme lorsqu'il est question d'une manifestation, de l'émergence d'un contenu à caractère numineux dans la conscience.

 

 

    -Fonctions de la conscience :
    Elles sont au nombre de quatre :
    -La fonction Sensation, correspond à la détection psychique : il y a quelque chose.
    -La fonction Pensée, correspond à la question : qu'est-ce que c'est?
    -La fonction Sentiment, correspond à la question : est-ce bien ou mal?
    -La fonction Intuition, correspond à la question : quelles en sont les potentialitées?
    En principe, l'une de ces fonctions est prédominante chez tout un chacun, (on la qualifie de Principale).

   

    -Inflation :
    L'inflation de la conscience, que l'on remplace parfois par le terme d'Hybris (mot grec en relation avec l'orgueil, la passion violente, la démesure). On parle d'inflation lorsque la conscience gonfle d'un sentiment, d'un caractère, d'un contenu qui ne lui appartient pas, telle qu'une Image Originelle...

   

    -Numineux :
   Chez Rudolf Otto, le numineux désigne l'expérience affective du sacré. Jung reprend ce mot et l'insère dans le vocabulaire de la psychologie analytique. L'adjectif numineux désigne le caractère intense, transcendant et fortement émotionnel d'un état, d'une manifestation. Il caractérise l'activation d'un archétype et plus généralement il correspond à la fulgurance émotive de l'expérience mystique, religieuse, artistique...

   

    -Paradigme :
    Poétiquement, on pourrait dire que la psychologie est l'art de voyager sur les paradigmes. "Paradigmes" au sens philosopihque et linguistique, que l'on peut comprendre comme la déclinaison d'un mot en plusieurs formes différentes de compréhensions et de conceptualisations en fonction du contexte. Ce que le psychologue nomme l'Inconscient, l'artiste le nommera l'Autre Monde, le mystique le nommera l'Au-delà, le primitif le nommera le Pays des morts ou des ancêtres...

   

    -Phénoménologie :
   
En deçà de toutes les complexifications philosophiques de ce terme, nous emploirons le mot "phénoménologie" simplement pour désigner le contact intime et premier, l'expérience immédiate.

 

    -Projection :
    Une grande partie de notre psyché se trouve - et se retrouve - en dehors de nous, de notre champ de conscience. La projection désigne cet action de projeter sur le monde certains contenus qu'on ne reconnaît pas comme sien ou provenant de soi. La projection peut toucher n'importe quel objet du monde extérieur et finalement, elle se produit en permanence et sur l'ensemble de notre panorama sensoriel. Le transfert, lui, est synonyme de projection mais concerne plus précisément les mouvements projectifs spécifiques aux individus entre eux.

   

    -Religieux ( religere ) :
   Jung met en valeur cette racine latine, qu'il définit comme une prise en considération attentive des manifestations numineuses en provenance de l'Inconscient. Etre religieux, psychologiquement parlant, ne renvoie pas directement à l'appartenance religieuse instituée. C'est avant tout une attitude, une ouverture à l'expérience intime et personnelle du sacré. L'Homme "religieux par nature", ne signifie rien d'autre que cette propension naturelle à vivre une quelconque spiritualité, qu'elle soit collective ou personnelle.

 

    -Sens :
    Pour Jung le sens est un archétype, une donnée à priori de la Nature que l'homme ne fait que reconnaître...

 

    -Structures quaternaires :
    Données à priori que l'on remarque très souvent, aussi bien en psychologie qu'en physique : les quatre forces cosmiques, les quatre dimensions de l'espace-temps, les quatre "crochets" du carbone, la structure quaternaire du mandala, les quatre fonctions de la consciences, etc.

 

    -Synchronicité :
    On ne trouvera certainement rien plus difficile à définir que la synchronicité. Issue des réflexions de Jung et du physicien Wolfgang Pauli, la théorie de la synchronicité fait appel à la conception unitaire psycho-physique de l'Univers. De nos jours encore, la philosophie, la physique, la biologie, la parapsychologie et la psychologie continuent  de critiquer et d'approfondir, chacune de leur coté ou dans une réflexion à plusieurs voix, le concept de synchronicité. Voila pourquoi il serait foncièrement difficile d'en faire le tour, ne serait-ce que sommairement!
    Le plus simplement du monde, la synchronicité se définit en quatre points. Il s‘agit :
    -d'une coïncidence,
    -qui fait indubitablement sens,
   -dont l'explication causale est impossible, inaccessible, ou bien tout simplement incapable de justifier la présence massive du sens,
    -et qui implique l'univers physique et psychique.

 

     -Trickster :
    Le Trickster correspond à différents personnages mythologiques, par exemple celui du lutin dans la culture des indiens américains. Il fait des mauvais tours, possède une activité désordonnée incessante, une sexualité débordante. Le Trickster est une divinité chaotique à la fois bonne et mauvaise, c'est une forme de médiateur entre le divin et l'homme. Il passe avec facilité du sérieux à la dérision. Mourir, renaître, voyager dans l'au-delà et conter sont quelques uns de ses attributs. Il participe, selon Paul Radin, d'un mythe primaire pourvoyeur de civilisation...


    -Unus Mundus :
    Terme alchimique, "Monde un" que Jung emploie pour désigner l'Univers psycho-physique postulé par la théorie de la synchronicité, au sein duquel les aspects physiques et psychologiques sont les deux faces d'une même pièce.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×